L’environnement d’une démocratie capitaliste

Le capitalisme est la cause des bouleversements climatiques, de l’épuisement des ressources et de la destruction de la biodiversité.

L’invasion européenne des Amériques a répandu le génocide et l’écocide et continue de les répandre sous différentes formes encore aujourd’hui. C’est pourquoi tout mouvement de lutte contre ces systèmes de destruction et d’oppressions, que sont le colonialisme, le patriarcat, le capitalisme…, doit s’inscrire aussi comme attaque contre des régimes coloniaux que sont ici autant le Québec que le Canada.

affiche jdt
Évènement facebook:  https://www.facebook.com/events/1625712234309659/

La croissance économique détruit nos richesses!
Sous prétexte de créer des emplois, on détruit les conditions essentielles à la vie humaine  sur terre. La surexploitation de la nature  mène à l’intoxication de notre eau potable, à l’empoisonnement de notre air,  à la pollution de nos territoires. Ce système économique cause aussi l’épuisement des ressources, en 2014, l’humanité à épuisé le budget écologique de la planète en huit mois seulement. (1).

Prison pour les pollueurs!
Les gouvernements vont prochainement parler  de mécanismes de régulation des gaz à effet de serre, tel que la bourse du carbone, comme si c’était la solution pour combattre les changements climatiques. Ces systèmes ne peuvent que ralentir le phénomène des bouleversements climatiques. En fait, les entreprises qui se feront taxer la pollution vont refiler la facture à leurs clients en augmentant leurs prix. Finalement, la taxe du carbone permet aux riches de continuer de polluer. Il faut les mettre en prison.

En Europe, un marché du carbone est en place depuis plusieurs années. Beaucoup de problèmes découlent de ce système qui a prouvé son inefficacité: fraude, gaspillage d’argent public,  dépendance accrue aux énergies fossiles, accroissement des conflits sociaux et environnementaux dans les pays du sud, etc.  (2) 

Pendant que les politiciens essaient de nous faire croire que la lutte contre les changements climatiques figure parmi leurs priorités, ils appliquent des politiques dévastatrices pour l’environnement, la biodiversité et le climat.

L’austérité coupe la biodiversité!
L’état ignore l’avis des experts, anéantit le savoir et muselle les solutions possibles en coupant les fonds de recherche scientifique qui pourraient  permettre la mise en place d’un système différent. Si nous démocratisions notre accès au territoire, entendions les voix des communautés autochtones, redéfinissions notre système économique; nous pourrions bâtir un avenir fondé sur la solidarité et l’entraide plutôt que sur l’avarice et le vol collectif.

Pour ne parler que d’une mesure d’austérité en environnement, on apprenait, au début de l’année, que le ministère de la forêt, de la faune et des parcs subira de nouvelles coupures. Le rétablissement d’espèces menacées, l’inventaire des espèces exploitées, la surveillance de la chasse et du braconnage,  et d’autres domaines d’expertises de ce ministère seront partiellement amputés. (3)

Philippe Couillard  et ses ministres utilisent l’expression « rigueur budgétaire » quand ils coupent dans l’éducation, la santé, dans l’environnement, dans les services publics… Ils prétendent le faire pour les prochaines générations qui n’auraient pas à assumer une dette publique croissante. Pourtant, ils choisissent d’investir l’argent public dans des industries destructrices sans consulter les citoyens.

Le capitalisme a priorité sur les êtres vivants!
Le bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) est l’organisme québécois chargé d’éclairer la prise de décision gouvernementale au sujet de projets industriels. Cet organisme est supposément neutre et indépendant. Son rôle est de consulter les citoyens pour produire des rapports sur l’acceptabilité sociale, environnementale et économique des projets. On pourrait presque croire en la démocratie mais, le pouvoir citoyen y est circonscris dans une bureaucratie étouffante.

Le gouvernement du PLQ a décidé, par une loi spéciale, de mettre le projet le plus polluant de l’histoire industrielle du Québec, la cimenterie de Port-Daniel-Gascon,  à l’abri du BAPE. (4) Avant lui le PQ avait aussi mis un projet controversé à l’abri du BAPE, l’inversion de l’oléoduc 9B d’Enbridge. (5) Là où est complètement anéanti le mythe de la démocratie, c’est lorsque le gouvernement donne l’autorisation au projet de la mine Arnaud, à Sept-Îles, malgré que le BAPE l’ait qualifié d’inacceptable. Cette mine à ciel ouvert en milieu habité aura les mêmes impacts que la mine de Malartic sur la population: sentiment d’impuissance, résignation, pessimisme, accroissement des inégalités sociales, problèmes de santé, destruction et dégradation des habitats naturels, conflits dans la communauté et à la fermeture de la mine, la situation économique de la ville sera pire qu’avant son ouverture. (6) De plus, la mine sera creusée sans le consentement de la communauté innu de Uashat-Maliotenam sur son territoire. (7)

La démocratie n’a jamais existé nulle part!
On vote, on écrit des lettres ouvertes, on fait des fronts communs, des grèves, des manifestations et au final, les gouvernements font à peu près ce qu’ils veulent. (À moins qu’on atteigne une masse critique.) Rien ne les obliges à respecter leurs promesses électorales, ils manipulent les opinions, ils entretiennent des polarisations malsaines avec des faux débats, ils mentent impunément… On est devant le constat qu’il faut effacer le concept de gouvernement.

Et si les citoyens se réunissaient en assemblés pour débattre et décider? Si le peuple avait un réel pouvoir, est-ce que plus de gens s’intéresseraient à la politique? Est-ce que les décisions seraient prises en considérant l’impact sur les générations futures? Pour l’instant, on voit bien que c’est l’argent qui décide. Le capitalisme ne sert que lui-même et les gouvernements n’en sont que de minables accessoires.

Pour voir comment se prennent les décisions qui concernent la population, voyez le court documentaire « La Ripaille » de Moïse Marcoux-Chabot : Les lobbyistes nous sucent le jus et mangent à nos frais pendant qu’ils traficotent de l’influence en cinq services…        http://moisemarcouxchabot.com/la-ripaille/

la-ripaille-affiche-finale-illustration-audrey-larouche-2014-1080-730x1095

  1. http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/environnement/2014/08/19/001-terre-resssources-jour-depassement-global-footprint-network.shtml
  2. http://www.bastamag.net/Il-est-temps-de-mettre-fin-au
  3. http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/431355/quebec-exsangue-la-faune
  4. http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2015/02/18/005-cimenterie-port-daniel-projet-loi-quebec-eviter-bape.shtml
  5. http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/366728/pas-d-etude-du-bape-sur-enbridge
  6. http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/435068/mine-de-malartic-la-sante-publique-dresse-un-bilan-devastateur
  7. http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2015/03/18/004-mine-arnaud-conseil-innus-reactions.shtml

austéritéenvironnement2

Publicités

3 réflexions sur « L’environnement d’une démocratie capitaliste »

  1. c’est désolant le suicide collectif a commencé en méditerranée et il va se poursuivre un peu partout en Afrique si on construisait des aqueducs
    a la place des oléoducs on sauverai toute la population mondial

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s